Si vous êtes en état de détresse, veuillez appeler ou texter le 988 n’importe quand. En cas d’urgence, appelez le 9-1-1 ou rendez-vous à votre service d’urgence local.

Étude de cas : Toronto Education Workers Section locale 4400 et L’esprit au travail

Toronto Education Workers Local

Toronto Education Workers (TEW) Section locale 4400 est composé d’environ 17 000 travailleurs de l’éducation travaillant principalement au conseil scolaire du district de Toronto (Toronto District School Board, TDSB). TEW accueille aussi des travailleurs de l’enfance de différents centres de garde d’enfants et d’aidants du conseil scolaire francophone de Viamonde, représentant plus de 400 classifications professionnelles et plus de 1 000 lieux de travail.

Faits saillants de l’étude de cas
Début de la formation L’esprit au travail : 2018
Dirigeants formés jusqu’à présent : + de 900

Le TDSB est le plus grand conseil scolaire et le plus diversifié au Canada, desservant environ 247 000 élèves de 583 écoles de Toronto, et plus de 130 000 étudiants dans des programmes d’éducation des adultes et de formation continue.

La santé mentale au travail

Les membres de TEW apportant constamment de l’aide et du soutien aux autres et font face à différentes difficultés de santé mentale, y compris la stigmatisation de la santé mentale au travail. Cependant, ces personnes généreuses prennent rarement leur propre santé mentale en compte.

Heureusement, le TDSB a assumé un rôle très actif dans la promotion des ressources mentales auprès de ses employés. Par exemple, début 2018, il a commencé à donner l’occasion à ses employés de suivre la formation L’esprit au travail (EAT). De la même façon, TEW a aussi fait la promotion de la santé mentale auprès de ses membres. Cherill Hiebert et Mara Boedo, toutes deux agentes exécutives pour TEW et employées du TDSB, se font les porte-drapeaux de la santé mentale depuis plus de 30 ans.

Il y a quinze ans, Mmes Hiebert et Boedo ont commencé à proposer de la formation et des ressources par l’intermédiaire du Members’ Action Centre/Toronto Education Workers.

« Ce Centre couvre tout : l’aide en cas d’effet émotionnel dû à la perte d’un emploi, les ressources en santé mentale et d’autres ressources gratuites dans la communauté, qu’il s’agisse de difficultés de santé mentale, financières ou pour trouver un emploi. Nous avons des centaines et des centaines de ressources gratuites pour les membres, et nous adorons les partager », explique Mme Hiebert. Par l’intermédiaire du Members’ Action Centre, Mmes Hiebert et Boedo accroissent petit à petit les nombres des membres qui sont venus les voir avec des difficultés de stress et de santé mentale.

« Nous avons beaucoup de chance de pouvoir obtenir des fonds qui nous permettent de former des animateurs qui peuvent assurer L’esprit au travail », affirme Mme Hiebert.

L’esprit au travail est un programme basé sur des données probantes conçu pour promouvoir la santé mentale et réduire la stigmatisation entourant la maladie mentale au travail en donnant aux participants les outils nécessaires pour évaluer leur propre santé mentale, reconnaître les signes et symptômes et trouver des stratégies d’adaptation saine.

Mmes Hiebert et Boedo sont toutes deux animatrices certifiées de L’esprit au travail pour TEW et le TDSB, et, ensemble, elles ont contribué à former près de 1 000 employés.

« Nous sommes formées comme animatrices, nous sommes faites les porte-paroles et avons promu activement L’esprit au travail dans tous nos ateliers du Members’ Action Centre, explique Mme Hiebert. Reconnaissant le besoin de promouvoir L’esprit au travail encore plus, nous avons créé des documents pour le promouvoir et en faire la publicité auprès de nos 17 000 membres. »

Mme Boedo a indiqué que sa passion pour ce travail vient de la réalisation que, par le passé, il n’y avait pas beaucoup de soutien en santé mentale, et nous sommes jurées d’agir. « Lorsque je suis devenue animatrice, je me suis rendu compte que c’était la meilleure décision de ma vie. Cela m’a donné le pouvoir de comprendre ce que se passait chez moi et ce que je pouvais y faire, indique-t-elle. Maintenant, je me sens assez forte pour enseigner et montrer à tout le monde qu’ils ne sont pas seuls. J’ai les outils et j’ai l’expérience. Cela m’a aidé à ouvrir une toute nouvelle vie pour moi et à aider les autres à comprendre ce qu’ils peuvent faire, aussi. »

Mmes Hiebert et Boedo ont continué à travailler assidûment pour trouver de nouvelles façons d’aider les autres membres du syndicat à gérer leurs difficultés de santé mentale et proposer des ressources pour veiller à ce que les membres aient les outils nécessaires.

Pourquoi nous formons nos dirigeants en L’esprit au travail 

Mmes Hiebert et Boedo ont toutes deux profits de prendre soin de leur propre santé mentale et comprennent l’importance du soutien en santé mentale pour les membres de TEW. Elles insistent aussi sur le besoin crucial pour les membres de prendre soin d’eux-mêmes avant de pouvoir prendre soin des autres.

À titre d’animatrices, Mmes Hiebert et Boedo reconnaissent que l’une des clés de leur réussite réside dans leur passion envers la formation et les participants. Elles expliquent qu’une fois que les participants s’inscrivent, elles les contactent plusieurs fois (par courriel, téléphone et texte) pour leur rappeler l’atelier. Cette approche est conçue pour mettre les participants à l’aise, pour leur dire ce à quoi ils peuvent s’attendre et accroître la participation. Selon Mme Boedo : « Pour nous, ce n’est pas simplement une personne qui s’inscrit à une formation, c’est l’occasion de changer une vie. »

« À titre de travailleurs de l’éducation, nous travaillons à l’éducation des prochaines générations du Canada, réfléchit Mme Boedo. Cela veut dire que chaque changement positif que nous pouvons aider nos membres à affectera les élèves dont ils s’occupent. Et cela restera avec eux pour le reste de leur vie, poursuit-elle. Nous ne nous arrêtons pas à changer la vie des gens, nous apprenons à changer la façon dont nous approchons les situations qui sont hors de notre contrôle. »

Se former en EAT a aidé Mmes Hiebert et Boedo à reconnaîtras l’importance d’enseigner aux autres les petites étapes que nous pouvons tous franchir pour améliorer notre bien-être mental, plutôt que d’attendre qu’il se détériore au point où nous avons besoin d’aide professionnelle. Toutes deux ont parlé du pouvoir des histoires de la vraie vie qu’elles ont entendu dans la formation de l’EAT sur les difficultés que les personnes ont rencontrées mais aussi les histoires inspirantes de rétablissement que les participants ont partagé.

Cela dit, assurer de la formation en santé mentale et entendre des histoires sur les difficultés de santé mentale d’autres personnes peuvent être difficiles. Une autre clé de leur réussite d’animatrices réside de la façon dont elles prennent soin l’une de l’autre. Lorsque l’une a une mauvaise journée, l’autre la soutient, et vice-versa.

Mmes Hiebert et Boedo ont insisté sur l’importance que personne ne devrait avoir peur de partager son expérience personnelle de santé mentale.

Cela dit, assurer de la formation en santé mentale et entendre des histoires sur les difficultés de santé mentale d’autres personnes peut être difficile. Une autre clé de leur réussite d’animatrices réside dans la façon dont elles prennent soin l’une de l’autre. Lorsque l’une a une mauvaise journée, l’autre la soutient, et vice-versa.

Mmes Hiebert et Boedo ont insisté sur l’importance que personne ne devrait avoir peur de partager son expérience personnelle de santé mentale.

Résultats et rétroaction

Les animateurs de L’esprit au travail à TEW ont vu une augmentation de la participation des membres depuis le déploiement de l’EAT.

« Nos participant sont très ouverts au partage, et la rétroaction que nous recevons dans nos ateliers a été très positif, indique Mme Hiebert. Les participants continuent à nous contacter avec des mots d’appréciation sur l’impact que cet atelier a eu sur leur vie. »

Mmes Hiebert et Boedo nous ont dit avoir reçu des courriels très émotionnels de la part des membres expliquant que l’atelier a sauvé leur vie, leur a permis de s’arrêter et de ralentir, et ensuite de tendre la main pour obtenir l’aide dont ils ont besoin.

Mme Hiebert a partagé une histoire percutante sur l’impact de la formation EAT sur une personne : « cette personne a suivi notre programme et est maintenant sur la bonne voie pour se rétablir. Son médecin lui a demandé ce qu’elle faisait différemment, et elle a répondu j’ai une nouvelle vision pour moi. »

Mme Hiebert a poursuivi : « pour moi, c’était la chose la plus puissante que j’aie entendu parce que, sans l’EAT, elle n’aurait pas eu de vision, parce qu’elle n’avait pas d’espoir. Elle ne savait pas vers où se tourner pour obtenir de l’aide, et je lui ai dit : le seul endroit où vous avez besoin d’aller pour trouver de l’aide est ici. »

Dans leur engagement continu envers la réussite du programme, TEW a établi le comité L’esprit au travail, où les animateurs se rassemblent chaque mois pour discuter des ateliers et des problèmes qui sont survenus dans le mois précédent, et pour penser à des solutions, y compris comment accroître la participant au programme.

Ce que l’avenir réserve

Mmes Hiebert et Boedo pensent que leur promotion répétée de la santé mentale et du bien-être a été essentielle à leur réussite. Elles ne comptent pas ralentir de sitôt.

« Le conseil scolaire du district de Toronto et Toronto Education Workers Section locale 4400 ont fait de la santé mentale une priorité et travaillent ensemble pour que cela se concrétise pour soutenir le personnel grâce à L’esprit au travail, au programme d’aide aux employés et à leur famille, et à de nombreuses initiatives de santé mentale et bien-être », indique Mme Hiebert.

Lorsqu’on lui demande ce que l’avenir réserve pour la formation en L’esprit au travail à TEW et au TDSB, la passion de Mme Boedo envers le fait d’aider les autres est claire : « Je ne veux jamais m’arrêter. Lorsque nous aurons terminé d’éduquer nos 17 000 membres, nous continuerons à former les nouveaux membres qui se joindront à notre syndicat. Nous ne pouvons pas parler de notre bien-être sans aussi parler de la santé mentale. »

Partager cette page

La confiance de ces organisations de premier plan

« La crédibilité que la Commission de la santé mentale apporte au programme Changer les mentalités a joué un rôle déterminant dans notre décision de mettre en œuvre le programme
CGI dispose de son propre centre d’expertise (CE) en matière de santé et de bien-être, appelé Oxygène, qui célèbre cette année son 20e anniversaire. Ce centre d’expertise est soutenu par

En Saskatchewan, l’éducation de la maternelle à la douzième année est une responsabilité partagée entre le ministère de l’Éducation, sous l’autorité du ministre de l’Éducation,…

Toronto Education Workers (TEW) Section locale 4400 est composé d’environ 17 000 travailleurs de l’éducation travaillant principalement au conseil scolaire du district de Toronto (Toronto District School…

Fondé en 1983 au Canada, le nabs (le bec, au Québec) est une œuvre de charité particulière conçue pour soutenir la santé et le bien-être…

L'Ontario Association of Fire Chiefs (Association ontarienne des capitaines des pompiers, OAFC) représente les capitaines des 441 casernes municipales de la province d’Ontario. Ces capitaines des pompiers sont finalement responsables,
Interested in training for yourself? Need training for your Organization?